L’avis de nos oenologues sur
CE MILLÉSIME 2021

2021 est une année très atypique mais sûrement désormais classique du fait du réchauffement de la planète. Il va falloir s’habituer aux hivers doux, et faire avec une nature qui se « réveille » de plus en plus tôt, menacée d’épisodes de très fort gel, de pluies soudaines et soutenues, puis de sècheresse… Le froid n’étant, comme cette année, pas suffisamment marqué en hiver, les « prédateurs » du végétal ne sont pas éliminés non plus.


Malgré tous ces épisodes météorologiques la France tire globalement plutôt bien son épingle du jeu pour cette année 2021.

Hormis le cépage Chardonnay qui est très fortement impacté (en volume et en qualité) les autres cépages sont une agréable surprise.

2021 nous offre des vins avec en général un degré un peu inférieur à celui des dernières années et surtout plus d’acidité et de fraicheur, de friand et de gourmand. La Provence, par exemple, nous propose des rosés plus frais avec une belle tension, la Vallée du Rhône a de belles réussites, le Sud-Ouest a aussi beaucoup de nervosité et devrait donner de grands moelleux aptes au vieillissement. Pour les crûs des Beaujolais, d’après les « anciens », on retrouve des équilibres du siècle dernier (soit la fin des années 1990) avec de la fraîcheur et moins de surmaturation.


A Bordeaux, nous avons déjà pu déguster quelques primeurs et, pour l’instant, il est difficile de mettre en avant une région (rive droite, rive gauche), une appellation (Margaux, Saint Julien, Pomerol…) plutôt qu’une autre, encore une fois millésime particulier! Tout dépend vraiment, cette année, du choix de la date des vendanges du vigneron qui a été cruciale tant pour le volume que pour la maturité. Pour l’instant nous notons une petite inversion de tendance par rapport aux dernières années avec moins de surmurît, plus de fruit et de fraicheur, presque du croquant. Il semble y avoir une belle finesse dans les vins, un joli fruit, la couleur est bien présente aussi, les tanins sont mûrs, denses et élégants sur les belles réussites. En ce qui concerne les blancs la fraicheur et la minéralité devraient être de jolis gages sur les vignes récoltées au bon moment (toujours l’expérience et le choix du vigneron). Pour les liquoreux une fois de plus tout dépendra du choix qui a été fait, d’attendre pour vendanger ou de ne pas prendre le risque… à priori il semblerait que, pour les échantillons déjà dégustés, il fallait oser prendre le risque d’attendre pour avoir une belle vendange !

Découvrir notre catalogue